Focus sur les apprentissages scolaires sur le podcast Parentalité

Les apprentissages scolaires

Il y a quelques mois, j’ai été interviewée par Mathilde Bouychou sur un sujet qui me passionne : les apprentissages scolaires.

Que vous soyez parent ou professeur des écoles, cet épisode répondra à vos questions et/ou en suscitera de nouvelles.

Dans cet épisode, nous abordons les apprentissages scolaires: quels sont les piliers de l’apprentissage? Quelles bases pour favoriser des apprentissages harmonieux? Et comment les parents peuvent-ils accompagner leurs enfants afin qu’ils développent tout leur potentiel? Autant de questions, pour lesquelles notre experte nous donne des pistes de réflexion.

Si vous êtes intéressés par Jeu MémoriZe la conjugaison pour votre enfant, vous aurez toutes les informations ICI.

Profs des écoles découragés

Découragement

Marie est en MS-GS depuis 12 ans. Plus les années passent et plus elle s’épuise. 

Elle remarque que les enfants sont moins attentifs. Elle est obligée de répéter plusieurs fois les consignes et de recentrer leur attention sur la tâche demandée. 

Elle ne peut pas sortir de la classe deux minutes sans prendre le risque qu’ils aient fait une catastrophe. 

C’est comme l’huile sur le feu, cela peut déborder à tout moment. 

Lors de l’accueil du matin où les enfants jouent librement, ils changent rapidement de jeu, ils ne le rangent pas toujours à sa place et se disputent. 

Un jour, la partie de Uno va très bien se passer et le lendemain, les cartes vont voler à travers la classe. 

Marie est toujours tendue. Elle commence à appréhender ses journées, elle prend moins de plaisir à travailler en classe et met en place des outils pour punir les comportements gênants. 

Elle restreint leurs libertés. Mais les choses ne s’arrangent pas. 

Au départ, elle était à l’écoute de leurs émotions : « Comment tu t’es senti quand Paul a renversé ton jeu ? » mais avec la fatigue et le découragement, elle veut juste que cela redevienne comme avant. 

Et les progrès ?

Elle s’inquiète aussi au niveau des apprentissages. Elle a l’impression de manquer de temps pour aider tous les enfants et elle aimerait pouvoir tous les aider à progresser. 

Mais avec cette mauvaise ambiance de classe, ce bruit, cette agitation et ce manque d’attention, elle se rend bien compte qu’elle laisse certains enfants au bord de la route. 

Au début, elle cherchait de nouvelles méthodes pour enseigner plus efficacement la phono ou les mathématiques mais aujourd’hui, elle n’a plus l’énergie de passer tous ses weekend pour sa classe. Elle a besoin de remplir son réservoir pour tenir une semaine de plus. 

Sérénité, autonomie et attention

Elle souhaiterait retrouver plus de sérénité en classe. Elle aimerait que les enfants :

  • régulent mieux leurs émotions
  • soient capables d’être autonomes
  • s’entraident
  • soient attentifs
  • continuent de travailler calmement même si elle sort deux minutes pour aller aux toilettes. 

Elle rêve d’une classe où les enfants travailleraient de manière autonome dans le calme. Elle pourrait prendre le temps de s’arrêter de courir partout pour ramasser l’eau renversée ou empêcher une bagarre. Elle aurait le temps d’observer les enfants et se rendre compte que Lilou choisit que du matériel de mathématiques depuis 1h30, que Suzie a accepté d’aider son amie et qu’elles coopèrent depuis 20 minutes. 

Marie pourrait passer 10 minutes avec Gabriel qui bloque sur les nombres de 11 à 19, sans empêcher Martin et Lucie de travailler sur les nombres jusqu’à 100. 

S’il reste encore un petit peu d’énergie à Marie, comment pourrait-elle s’y prendre ? 

En permettant aux enfants de développer de meilleures fonctions exécutives. 

En avez-vous déjà entendu parler ? Avez-vous déjà créé un environnement de classe qui permette aux enfants de les développer ? 

Que vous en entendiez parler pour la première fois ou que vous soyez déjà un peu plus expert, je vous invite à passer à l’action. 

Passage à l’action

  1. En écoutant gratuitement le podcast n°66 que j’ai enregistré avec Grégoire Borst en français ou le podcast n°67 en anglais avec Adel Diamond, deux spécialistes des fonctions exécutives
  1. Si vous souhaitez passer à l’étape supérieure et vous former pour être soutenu et atteindre vos objectifs, je vous invite à vous inscrire à la formation en ligne : Montessori, une pédagogie en cohérence avec le fonctionnement du cerveau. Car oui, un environnement Montessori offre toutes les opportunités possibles aux enfants pour avoir une meilleure mémoire de travail, une plus grande flexibilité cognitive et être capable de faire preuve d’inhibition. 

J’ai hâte d’avoir vos retours quand vous aurez écouté le podcast. 

Quelle écriture choisir à l’école maternelle : les lettres en capitale, en script ou en attaché ?

Si vous utilisez en classe les lettres rugueuses et un alphabet mobile, deux matériels Montessori très pertinents, comment faire un choix entre les trois écritures ? 

Céline Alvarez a publié récemment plusieurs vidéos sur la lecture et l’écriture. Dans la dernière vidéo, elle explique pourquoi elle a choisi les lettres en capitale. Elle avance l’argument que dans l’environnement quotidien des enfants, les lettres en capitales sont plus présentes. 

En effet, les noms des magasins dans la rue sont souvent en capitales mais j’ai observé le centre-ville d’Annecy pendant mes vacances, et j’ai constaté que l’écriture en script est très présente aussi. 

Et même s’il est vrai que les enfants lisent les mots autour d’eux dans la rue, je pense qu’il est préférable de soutenir leur entrée dans la lecture avec des petits messages personnalisés et des livres de qualité.

Sur les petits messages, on choisit notre écriture et dans les livres, les lettres sont la plupart du temps en script. 

(suite…)

Apprendre de ses erreurs

Nous faisons tous des erreurs et quand nous en faisons, c’est une grande opportunité pour le cerveau d’ajuster ce qu’il fait et d’apprendre.

Se tromper, c’est déjà apprendre. Les deux termes sont synonymes car chaque erreur est une opportunité d’apprentissage. 

En effet, il est pratiquement impossible de progresser si l’on ne commence pas par échouer, à condition de recevoir un signal de feed-back, une rétroaction qui nous indique la bonne voie. 

Le retour sur erreur est donc un des paramètres éducatifs les plus influents : la qualité et la précision du retour que nous recevons déterminent la rapidité avec laquelle nous apprenons. 

Le principe est simple : il faut essayer, quitte à échouer, car la taille et la direction de l’erreur indiquent comment se corriger. 

Le cerveau n’apprend que s’il perçoit un décalage entre ce qu’il prédit et ce qu’il perçoit. Aucun apprentissage n’est possible en l’absence d’un signal d’erreur. Autrement dit, la surprise est l’un des moteurs fondamentaux de l’apprentissage. 

(suite…)

Apprendre à apprendre au collège

Thomas est en 5ème. C’est un jeune intelligent mais qui manque de confiance en lui. 

Il ne sait pas encore ce qu’il aimerait faire comme métier, il manque d’enthousiasme et ses résultats commençaient à baisser. 

Sa maman le soutient mais malgré sa bonne volonté, ses conseils ne sont pas très efficaces et Thomas n’a pas envie de les suivre.

Il préfère relire rapidement ses cours juste avant l’évaluation pour avoir du temps pour jouer à Fortnite. Pourquoi passer tout son temps à travailler pour si peu de résultats ? 

Thomas passe de son cours d’anglais, à son cours d’histoire puis à son cours de sciences sans avoir appris à apprendre. 

Pourrait-on jouer au foot sans connaître les règles ? Non. 

Peut-on passer plus de 6h par jour à apprendre sans connaître le fonctionnement de notre cerveau ? Oui. 

Savez-vous que le nombre de jeunes qui sortent chaque année du système scolaire sans diplôme représente quasiment le nombre d’habitants d’une grande ville comme Toulouse !

J’ai accompagné Thomas et d’autres collégiens pendant 10 séances en ligne pour leur permettre d’apprendre à apprendre. 

Je n’ai pas de baguette magique. Je ne vais pas vous dire que tout a changé du jour au lendemain. Mais au fil des séances, Thomas a testé plusieurs outils partagés et a pu voir la différence. 

Cela lui arrive encore de réviser certains cours à la dernière minute mais il sait qu’en faisant ce choix, il ne construit pas des fondations solides. 

Maintenant, il sait comment son cerveau fonctionne et il peut s’appuyer sur les 7 principes pour mieux apprendre. 

En travaillant moins, il est plus efficace. 

Et Thomas n’est pas le seul, je vous partage 5 autres témoignages de parents : 

“Le bilan est très positif.  Les explications sur le fonctionnement du cerveau ont permis à Maevan d’y mettre du sens et d’être rassuré.

La présentation des principes pour activer les neurones et des stratégies qui peuvent être utilisées pour mieux apprendre l’a guidé petit à petit dans l’apprentissage de ses leçons.

Il utilise régulièrement la technique du POMODORO, il se teste régulièrement, il fait des quiz, il utilise la stratégie de la page blanche, pour ses définitions il fait des flashcards.

Il a compris les raisons pour lesquelles ces stratégies sont efficaces pour ses cours et évaluations. 

Il a retrouvé de la confiance en lui.

Vos séances ont aussi permis de clarifier les stratégies inefficaces et pourquoi. Maevan avait tendance à relire ses cours en guise de révisions, désormais il a compris pourquoi cela ne fonctionnait pas avec les explications fournies.

Ces 10 séances ont été bénéfiques, elles lui ont redonné confiance.

Nous espérons qu’il poursuive la mise en place des stratégies apprises en 4ème ( je serai le lui remettre en mémoire 😉 )

Je vous souhaite une bonne continuation.

Merci pour votre investissement et votre temps.”

Ingrid, maman de Maevan en 5ème

“J’ai inscrit ma fille en cinquième aux ateliers apprendre à apprendre afin d’améliorer son attention. Au moment de l’inscription, les ateliers devaient être en présentiel, sans compter sur un reconfinement.

Du coup, les ateliers ont eu lieu en distanciel, ce qui me faisait penser que ce serait plus difficile pour son attention. Et bien à ma grande surprise, elle a adhéré, s est intéressée et essaye d’appliquer toutes les techniques apprises par Céline (l’heure et demie passait trop vite pour elle….). 

Les notes commencent à s’en ressentir.

Elle a pris plus confiance en elle.”

Emmanuelle, maman de Jeanne

“Mon fils, en classe de 6ème, a suivi les ateliers « Apprendre à apprendre » organisé par Céline, puisque le système scolaire n’explique malheureusement pas nos enfants comment « apprendre à apprendre » !

Il a suivi chaque séance avec beaucoup d’intérêt.

Les outils que Céline propose sont à la portée des enfants, simples à mettre en place, et surtout, elle prend le temps de leur expliquer l’intérêt de ces supports pour les aider dans leurs apprentissages.

Alors, bien sûr, nos enfants doivent ensuite les mettre en application et les utiliser ! A la maison, notre fils en utilise certains et est tout à fait satisfait.

Je recommande donc ces séances !”

Aurore, maman de Maxence

“Malgré les difficultés engendrées par la crise sanitaire et les séances en visio,  Céline a tout mis en œuvre pour être présente auprès des enfants.  Mon fils Damien, 12 ans, 5ème , apprend plus facilement ses leçons et arrive à mieux se concentrer sur ses devoirs, plus longtemps.  Il ne s’en rend pas forcément compte,  pourtant certaines notes sont meilleures. “

Isabelle, maman de Damien

“Désolé pour la réponse qui venait pas mais je me suis investie également envers mon fils dont je suis pas très contente au vu des résultats scolaires en baisse et de sa motivation à s’investir à vos cours … 

Je lui ai donc proposé de vous écrire un mail ou de me faire part de ses impressions mais à ce jour toujours rien … 

Je sais que vous n’avez pas perdu votre temps et que c’était hyper interessant ( car j’ai tout regardé) mais j’aurai aimé que ça vienne de lui … 

Aujourd’hui, il passe le brevet oral , j’espère que tout ce que vous lui avez appris portera ses fruits … 

En tout cas , soyez sûr que rien n’est perdu et vous remercie infiniment de votre application envers nos ados pas toujours compréhensif…. 

Je ferais appel à vous peut être pour ma fille totalement différente mais très colérique quand elle n’arrive pas à faire bien de suite et à comprendre…. elle se mets trop de pression … à l’inverse de son frère !!

J’espère que mon retour vous satisfait et n’hésitez pas à envoyer des messages à Lucas si besoin …. 

Merci sincèrement de votre implication…”

Florence, maman de Lucas en 3ème

Si votre enfant au collège n’a pas encore eu la chance d’avoir des profs formés en neurosciences et que vous aimeriez qu’il gagne en confiance et en efficacité, le prochain groupe démarrera le mercredi 06 octobre. Vous pouvez me contacter par le formulaire de contact sur mon blog ou par téléphone (06-81-25-11-57) pour inscrire votre enfant.

Les 4 piliers de l’éducation Montessori

Pourquoi je ne parle pas de pédagogie Montessori mais d’éducation Montessori ?

Car le terme éducation me paraît plus large. La proposition de Maria Montessori n’est pas qu’une pédagogie, c’est avant tout une philosophie qui repose sur des principes scientifiques. 

Les 4 piliers sont :

  • l’environnement préparé
  • le libre choix
  • le multi-âge
  • l’observation

Pour chaque pilier, j’ai noté des éléments qui me paraissent essentiels : la préparation de l’adulte, l’ordre, le matériel, l’autonomie, l’attention, l’engagement actif, la consolidation, le mouvement et la cognition, l’apprentissage entre pairs, le fait d’apprendre par l’observation et l’imitation, l’observation objective régulière et structurée, les besoins et les les présentations.

Si vous pensez que j’ai oublié un pilier ou un élément essentiel, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires.

Si vous êtes professeur des écoles et que vous cherchez des solutions pour que chaque enfant développe son plein potentiel, je vous invite à vous former : Montessori, une pédagogie en cohérence avec le fonctionnement du cerveau.