Après 15 longs échanges au téléphone avec des parents, j’ai pris conscience de plusieurs éléments qui me paraissent fondamentaux. 

De nombreux enfants perdent leur motivation au fur et à mesure de leur parcours scolaire et ceci pour deux raisons selon moi : 

  • soit ils ne sont pas en situation de réussite et se découragent. Pourquoi faire des efforts si cela ne m’apporte pas de bénéfice ? 
  • Soit ils étaient en situation de réussite mais le manque de sens, le manque de stratégies efficaces, le manque de corrections riches avec un feedback positif et le manque de travail adapté à leur niveau a fini par leur faire perdre leur motivation. 

Voici la définition de la motivation de Steve Masson, chercheur en neuroéducation et spécialiste de la motivation : 

« La motivation est la volonté d’agir pour atteindre un but malgré les efforts qui sont requis ».  

Avant de fournir un effort, on évalue la balance coût/bénéfice, autrement dit, le cerveau procède à une analyse coût (effort)/bénéfices. 

Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? 

Autrement dit “je suis prêt à m’investir (le coût) pour en tirer un certain retour sur investissement (les bénéfices)”. 

C’est l’équilibre de cette balance qui va être déterminant pour maintenir le fameux « vouloir apprendre ». 

Ce qui va favoriser l’équilibre de cette balance : c’est la réussite. 

D’où l’objectif du programme que je prépare : permettre la réussite de votre enfant pour maintenir sa motivation à apprendre. 

En effet, comme le souligne Steve Masson, de nombreuses études convergent vers l’idée que c’est la réussite qui provoque la motivation et non pas l’inverse. 

La plupart des parents qui m’ont contactée avaient des enfants haut potentiel. Je me suis demandée pourquoi plus les enfants HP que les autres. Je pense que cela vient du fait que ces enfants ont encore plus besoin de sens. Ils ne peuvent pas faire quelque chose s’ils n’en voient pas l’intérêt (ou très difficilement). 

Je pense que tous les enfants tireront des bénéfices du programme « Apprendre à apprendre » mais encore plus les enfants HP. 

Quand je parle de réussite, je ne fais pas référence uniquement aux bonnes notes mais au fait de développer de nouvelles connaissances et compétences et au plaisir d’apprendre. 

Autre élément important : Cette analyse coût/bénéfice repose sur un déterminant important : la croyance qu’il est possible de s’améliorer ou non. 

Et deux états d’esprits entrent en jeu :

  • un état d’esprit fixe : « je suis nul en maths, je serai toujours nul en maths »
  • Un état d’esprit dynamique : « j’ai des difficultés en maths mais je peux m’améliorer. »  

Mais votre enfant sait-il que son cerveau est plastique ? Sait-il que son état d’esprit conditionne sa réussite ? 

Pour cultiver un état d’esprit dynamique chez votre enfant, dans le programme « apprendre à apprendre », nous allons découvrir plusieurs piliers de l’apprentissage. 

L’objectif de chaque pilier :

  • renforcer son attention
  • Être plus engagé, curieux, enthousiaste
  • ne plus considérer les erreurs comme un frein à l’apprentissage mais comme une opportunité d’apprentissage et se tester à la maison pour entraîner la récupération en mémoire
  • S’organiser dans son travail pour consolider les apprentissages 

Ce programme en ligne a pour but de renverser le cercle vicieux (ça ne sert à rien, j’ai de mauvaises notes, je ne comprends pas, je me décourage, je travaille encore moins) en cercle vertueux (je découvre comment mon cerveau fonctionne et des stratégies efficaces, je les mets en place, j’ai de meilleurs résultats, je suis plus motivée, j’ai envie d’apprendre donc je travaille efficacement). 

Tous les enfants sont capables d’apprendre (à leur rythme) mais si on peut jouer sur leur motivation, on aura tout gagné. 

Rappelez-vous, la réussite provoque la motivation !

C’est ici pour vous inscrire avant le 15 décembre :